Congrès et évènements

2 « Hydratation : des comportements à la santé », aux Journées Francophones de Nutrition 2011 - 7 au 9 décembre 2011

Dans le cadre des 9èmes Journées Francophones de Nutrition (JFN) qui se sont tenues à Reims du 7 au 9 décembre 2011, l’Observatoire Hydratation & Santé, a organisé un symposium sur le thème Hydratation : des comportements à la santé.

Programme de ce symposium
modéré par le Pr Simon Thornton (Université de Nancy)

- « Quels sont les comportements de consommation des fluides en France aujourd’hui ? »
M. Gabriel Tavoularis (Chef de projet du Département Consommation au CRÉDOC, Paris),
- « Quels impacts de l’hydratation sur le rein et la santé ? »
le Pr. Gérard Friedlander (néphrologue- Hôpital Necker / Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris),
- « Quels effets d’une déshydratation sur les fonctions cognitives et le bien-être ? »
le Dr Nathalie Pross (Neuropsychologue, FORENAP, Rouffach).

Quels sont les comportements de consommation des fluides en France aujourd’hui ?

Le CREDOC a renouvelé en 2010, pour la septième fois, son enquête sur les Comportements et Consommations Alimentaires en France (CCAF) (1). Les résultats montrent que les Français (âgés de 3 ans et plus) boivent en moyenne 1,2 L (1,3L chez les 18-79 ans) de boissons par jour. Toujours selon cette étude, près de 80 % des Français âgés de plus de 18 ans ont des apports hydriques inférieurs aux recommandations de l’EFSA. (2)
Une part importante de la population montre donc des niveaux insuffisants de consommation d’eau.

La question de l’étude des comportements d’hydratation au travers des données CCAF soulève également des questions d’ordre méthodologique et de juste déclaration des boissons. Les comportements de consommation de boissons sont parfois déconnectés des actes de consommation d’aliments et notamment des repas. Il pourrait être donc pertinent de mettre en place des enquêtes complémentaires en utilisant des méthodes plus spécifiques pour mesurer les boissons consommées.

Quels impacts de l’hydratation sur le rein et la santé ?

Le rein est l’organe régulateur unique de l’homéostasie de l’eau. Il adapte les sorties d’eau de l’organisme aux entrées, essentiellement sous forme de boissons, et module ainsi le volume et la composition de l’urine.

Pour effectuer cette tâche, le rein dispose de deux atouts complémentaires et indispensables : une architecture particulière et une hormone dont il est la cible, l’hormone antidiurétique. Ce dispositif est à la fois très sensible et souple.

Il permet de s’adapter à des conditions d’hydratation variées et à un apport d’eau pouvant aller de moins d’un litre par jour à plus de 10 litres, en fonction des besoins et des conditions intrinsèques et environnementales.

Concentrer l’urine est néanmoins pour le rein un exercice énergétiquement coûteux et ce travail rénal peut, à terme, avoir des conséquences néfastes sur la santé des reins.

C’est particulièrement le cas dans un contexte de maladies rénales mais également en physiologie (3).

Quels effets d’une déshydratation
sur les fonctions cognitives et le bien-être ?

Peu de chercheurs se sont intéressés à l’étude des effets de la déshydratation sur les performances cognitives et sur l’humeur. L’hétérogénéité des protocoles de recherche (durée de la restriction hydrique, variabilité inter-sujets en terme de consommation de fluides, consommation de caféine et/ou de nicotine non contrôlée…) a conduit à des résultats contradictoires et difficilement généralisables à une population tout venante.

Des études récemment publiées ont étudié les effets d’une déshydratation sur l’humeur et les performances cognitives chez de jeunes volontaires sains. (4,5) Une population d’hommes et de femmes qui ont été soumis à 3x40 min d’exercice physique d’intensité modérée dans trois conditions différentes. Dans la condition « hydraté », toutes les pertes de fluides ont été remplacées ; dans les deux conditions « déshydraté », seules trois prises d’eau de 100 ml étaient autorisées, et durant l’une de ces périodes la déshydratation était accentuée par la prise d’un diurétique.

Au cours de ces trois périodes randomisées et placebo contrôlées, les volontaires ont complété diverses tâches cognitives (mémoire, vigilance, raisonnement) et questionnaires d’humeur durant et suite aux exercices physiques.
Les résultats ont montré que des effets délétères de la déshydratation étaient observés sur les performances et sur l’humeur chez les hommes et les femmes. Ces dernières étaient néanmoins plus sensibles aux effets de la déshydratation que les hommes notamment pour les évaluations de l’humeur.

Dans ces études, une privation d’eau a des effets plus ou moins délétères sur les performances et conduit à une altération de l’humeur et de la sensation de bien-être.

Références :

  • Données CREDOC - CCAF 2010 ;
  • EFSA Panel on Dietetic Products, Nutrition, and Allergies (NDA); Scientific Opinion on Dietary reference values for water. EFSA Journal 2010; 8(3):1459. doi:10.2903/j.efsa.2010.1459. //www.efsa.europa.eu/en/efsajournal/doc/1459.pdf ;
  • D’après la communication orale de G Friedlander aux JFN 2011 ;
  • Ganio, M.S. et al. Mild dehydration impairs cognitive performance and mood of men. British Journal of Nutrition 2011 ; 106(10),1535-1543 ;
  • Armstrong, L.E et al.. Mild dehydration affects mood in healthy young women. Journal of Nutrition 2012. vol. 142 no. 2, 382-388.

Made in Atelier Sherfi